Accueil / Récits de courses / Trails du Sancy – championnat de France – 27/9/2015
Trails du Sancy – championnat de France – 27/9/2015

Trails du Sancy – championnat de France – 27/9/2015

2 OS 34 Damiens

La pression avant le départ : Patricia et Lionel Damiens, Florent Féret

Après avoir déployé une trentaine de maillots bleus la veille (voir l’article dédié aux courses du samedi), le BAC a aligné le dimanche au Mont-Dore (si je les ai bien comptés) 26 athlètes de différents niveaux, de modeste à stratosphérique, sur les parcours support des championnats de France 2015 de trail. Pas rebutés par les copieux dénivelés de 2400 m et 3350 m, ils étaient 6 sur le trail long de 60 km (4 inscrits au championnat de france et 2 autres en formule « open), et 20 sur le trail dit « court » (6 CDF + 14 open). Pas si court que ça, en comparaison du riquiqui 23 km / 1100 m+ du championnat 2014 à Buis-les-Baronnies.

Le grand trail a commencé à 5h30, avec en 1ère partie de parcours le Capucin, la Stèle (cf photo de une) et le Puy Gros, bien connu des pratiquants du trail hivernal du Sancy en version 30 km. Le « petit trail », parti à 9h00 rejoignait l’autre au bout de 4 km seulement, dans le bas de la 1ère montée empruntant le fond du talweg menant vers le lac de Guéry, si bien que les 30 derniers km étaient communs aux deux parcours, avec pour le long la majorité du denivelé et donc des difficultés à avaler.

1 OS 34 depart

Quelques minutes avant le départ du trail court (34 km)

1072 partants pour 34 km et 675 pour 60 km, cela a donné une belle concentration de coureurs sur la section commune, pas bien gênante pour la tête de course du 60 km puisqu’elle est passée à la jonction environ 1h30 avant les 1ers du trail court. Le trail long est parti à toute allure dans cette 1ère moitié assez roulante, sous l’impulsion de Sylvain Court, le champion de france sortant (et actuel champion du monde) qui avait réussi à prendre quelques minute d’avance. Mais il a été rejoint et à son tour Patrick Bringer a placé une attaque dans la montée juste après le passage au col de la Croix-Morand, menant au sommet du Puy de Barbier (1733 m).

3 OS 34 guery

Début d’embouteillage après le col de la Croix-Morand. Décor : la Banne d’Ordanche et le lac du Guéry

Pour les coureurs de milieu et de fin de peloton, cette montée a laissé des souvenirs mitigés parce que la succession de passages aménagés pour franchir les clôtures à moutons, nécessairement en file indienne, a créé des bouchons, certains ayant dû patienter en quasi sur place 25 mn de rang. 8°C et 40 km/h de vent : tout le monde a sorti son coupe-vent. Quand l’organisation rend l’équipement obligatoire, c’est pour la sécurité des coureurs, pas pour les embêter. La veille il y a eu 3 ou 4 disqualifications à l’arrivée pour matériel manquant, c’est normal !

Personne n’en a voulu à l’organisation pour ce petit agacement, c’était la rançon du succès d’affluence. Au final un très bon jugement global sur XTTR63, qui a agi de main de maitre pour offrir des conditions parfaites à la tenue des championnats de France.

4 KH 34 PD

Vers le ravitaillement de la Croix-St-Robert : Patricia Damiens, Philippe Muratore, Christian Gramont

Au bout de 12 km (court) ou 38 km (long), la descente du Puy de l’Angle amenait au col de la Croix-St-Robert, gros point de ravitaillement puisque accessible par la route, avec aussi beaucoup de spectateurs et de photographes. Difficile de passer inaperçu ! Et c’est reparti 5 km de succession de montées et de descentes pour arriver au sommet du Puy des Crebasses, à presque 1800 m d’altitude. Ensuite 3 km de descente et plus de 500 m de D- pour rejoindre la vallée de Chaudefour, d’abord sur les landes offrant une magnifique vue plongeante, ensuite sur un sentier en forêt plutôt technique. A partir du point d’eau du fond de vallée, on attaque le morceau de bravoure : reprendre 800 m D+ en l’espace de 6 km, jusqu’au sommet du Puy de Sancy.

5 OS 34 cabane2

A l’approche du col de la Cabane – Puy de Sancy à 1 km, mais pas encore visible.

Cette partie est bien la plus dure, y compris pour les ténors. Patrick Bringer y a pu néanmoins conserver une courte avance sur Sylvain Court, mais suffisante pour basculer dans la descente depuis le sommet du Sancy avec de bonne chance de ne pas se faire rejoindre par un champion du monde excellent descendeur. Il a été rejoint en bas du val de Courre par le 3ème larron Benoit Cori, mais ce dernier était comme l’a dit Patrick « au rupteur » et il a été distancé en suite dans la courte remontée sur le chemin des médecins (3 km de l’arrivée), suite à une accélération foudroyante du « Usain Bolt » du trail, lequel a franchi la ligne avec 20 secondes d’avance. Ecart faible mais victoire d’une stratégie mûrement réfléchie et d’une préparation qui n’a négligé aucun détail. Et Patrick Bringer, en 5h21, a abaissé son propre record de l’épreuve de plus de 20 mn, ça donne une bonne idée du niveau de la concurrence…

6 PR Bat OS

Descente du Puy de Sancy par le Val de Courre : Nicolas Batisson, Olivier Siméon (photos Pascal Rudel)

Les autres BACistes n’ont pas démérité sur ce 60 km : Eric Laumond 62ème en7h17, Damien Martin 110ème en 8h04, Franck Thévenet 152ème en 8h58, sur 200 classés CDF. Jean-Luc Quesne 324ème de l’open en10h34, et Jean-Marc Morschel 385ème en 11h08 (418 classés)

7 PBM40 PL 34 MB

Arrivée triomphante du 60 km de Patrick Bringer – Martine Baradel : 2ème V2 du 34 km

Au terme du 34 km, c’est Martine Baradel qui est montée sur un podium de catégorie : elle est vice-championne de France V2 ! Philippe Gayral, qui était encore il y a un mois membre du BAC, aurait été lui champion de France en V2, mais il était sur la course open, n’ayant pas fait la course qualificative ouvrant le droit d’être inscrit FFA. Quelques très bons classements CDF : Jonathan Colombet 14ème en 3h06 (10 places de mieux qu’à Buis-les-Baronnies), Patrice Beynel 50ème en 3h25 (395 classés). Et sur l’open : Vincent Pialoux 6ème en 3h33, Philippe Quincy 56ème en 4h09 (636 classés).

Comme les autres Beaumontois, tous finisseurs du 34 km, sont nombreux, je me contente de les énumérer : Christian Gramont, Pascal Lamirand, Daniéla Dinis, Nicolas Batisson, Martine Baradel, Etienne Geoffroy, Jean-Michel Cercy, Florent Féret, Michael Martial, Philippe Muratore, Patricia et Lionel Damiens (main dans la main), Olivier Siméon, David Bernon.

Pour les amateurs de détails, voici comment accéder aux classements complets :
http://orga.xttr63.com/organisations/trail-estival-sancy-mont-dore/trail-sancy-resultats

Autres liens intéressants :
https://www.facebook.com/TrailsDuSancy?fref=ts
https://www.facebook.com/RPPortfolio?fref=ts
http://www.mountain40.com/resume-des-championnats-de-france-de-trail

Photos : Pascal Rudel, Kadija Hannaoui, Olivier Siméon, Pascal Lamirand, Mountain 40

A propos de Olivier Siméon

Au club depuis 2009, et président de l'association depuis juin 2020. Courses nature et sur route. Partisan actif du covoiturage.

Un commentaire

  1. Merci pour ton récit. Et merci également à tous les membres du bac qui sont venus nous encourager dans des coins inattendus tout au long du parcours, leur énergie et leur enthousiasme nous ont portés. Au delà du bel espace, de la météo idyllique, de la bonne organisation et bonne ambiance je dois dire que les émotions ont été fortes et une de celles qui m’a bien marquée c’est de prendre le temps de discuter avec un monsieur qui m’a annoncé qu’il allait fêter ses 80 ans le mois prochain et que c’était son cadeau d’anniversaire que de faire cette course. Je me suis inclinée bien modestement et si le trail conserve ainsi on va poursuivre…..
    Patricia Damiens

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.