Accueil / Récits de courses / sortie club : semi-marathon de Barcelone – 16/02/2020
sortie club : semi-marathon de Barcelone – 16/02/2020
Philippe Alex C François Delphine Audrey Maxence Martin Cédric Marie Fred Beatriz Jean-Daniel Olivier G David Alex B - accroupis : Patrice Joseph Simon Jean-Manuel

sortie club : semi-marathon de Barcelone – 16/02/2020

Pour la seconde fois en 4 ans, le Bac a organisé un déplacement en Catalogne, pour une petite course locale générant 23 000 inscriptions à peine. Moins nombreux qu’en 2016, mais néanmoins une bonne vingtaine pour représenter le club dans cette édition 2020. Robert Labat avait un dossard mais aussi une vieille grippe à finir de soigner (et non un coronavirus), il a donc préféré ne pas prendre lui-même le départ. C’est donc sa doublure Joseph Masdeu qui l’a remplacé au pied levé (et même aux deux pieds levés en même temps, quand il court).

1 petit dejeuner

Petit déjeuner à l’hôtel : Fred, Joseph, Cédric, Beatriz, Audrey, François, Alex C. Debouts : Robert et David

Notre président Simon Gutierrez a présidé la logistique comme un chef : des véhicules bien garnis de passagers, un hôtel 4 étoiles au rapport qualité-prix imbattable, un emploi du temps bien maitrisé pour aller récupérer tranquillement les dossards le samedi dans l’après-midi. Îl fallait se rendre place d’Espagne, à 5 km, nous nous y sommes rendus en métro, histoire de garder nos forces intactes pour la course.

Les plus motivés (ou consciencieux) ont participé à la séance de « déblocage » orchestrée par Audrey Welzbacher : petite trotte d’une heure au crépuscule, entrecoupée de quelques exercices, et permettant au passage de reconnaitre les lieux de départ et d’arrivée de l’épreuve du lendemain matin.

2 echauffement

Echauffement : Audrey, Jean-Daniel, Olivier S, Olivier G, Delphine, Beatriz, Marie, François

Le jour J, lever à 6h30 et petit déjeuner à 7h00, entourés d’autres clients en tenue sportive, certains portant déjà un dossard épinglé à leur vêtement. 1800 m à parcourir de l’hôtel aux sas de départ, et une fois ceux-ci bien repérés, il fallait s’échauffer correctement pour prévenir le risque de blessure dans les premiers hectomètres de compétition. Et il ne fallait pas se refroidir, la température au moment du « warm-up » ne dépassant guère les 8° C.

3 plan parcours

Parcours du semi-marathon. (Notre hôtel se situait dans une rue perpendiculaire à l’Avenida Litoral)

Le peloton des élites est parti avec un tout petit peu de retard, ensuite les masses des différents sas (environ 18 000 individus) se sont élancés de manière relativement fluide, puisque les derniers ont passé la ligne de départ réelle une vingtaine de mn après les premiers. pour un concurrent du sas 1h40-1h50, il fallait avoir parcouru 500 à 600 m avant de pouvoir courir à l’allure souhaitée. Laquelle ne pouvait pas être tenue tout le temps, certains secteurs favorisant des agglutinations momentanées de coureurs, notamment à l’approche de virages serrés et de ruptures de pentes. Le parcours est assez plat dans l’ensemble mais il y a quand même quelques montées notables, les jambes les sentent bien !

4 françois RL

Sur le vif : François, Martin, Olivier G, Philippe

18530 concurrents (dont 5892 femmes) ont été classés, le dernier avec un temps réél d’un peu plus de 3 h et 10 mn, tandis que le 1er (Kényan) est passé sous l’heure, pour 2 secondes. La 1ère féminine (Ethiopienne) a réalisé 1 h 06 mn 36 s. Dans ce contexte de très haut niveau international, les 1644 Français classés ont fait ce qu’ils ont pu. David Faure a terminé 34ème du classement tricolore, Audrey 10ème des françaises, en allant chercher la 2nde position française dans sa catégorie d’âge W40. Le bilan Beaumontois apparait satisfaisant, avec en particulier 10 coureurs en moins de 1 h 30.

5 Resultados

classement général : c’est le temps réél qui compte (sur la distance exacte)

Nous avons été bien accueillis à l’arrivée : ravitaillement solide, deux bouteilles, une médaille, et un imper (jaune ou bleu, au choix) bien utile pour ne pas trop se refroidir en attendant le reste du groupe. Le température est montée de quelques degrés, mais le soleil restant caché, le temps restait tout de même un peu frisquet.

7 serge

En imper à l’arrivée, un air de stade Michelin (Serge, Fred, Simon, Delphine, Beatriz)

L’appétit aiguisé par l’heure avancée et les efforts physiques du matin, tout le monde s’est retrouvé au restaurant pour échanger ses impressions, avant que les pressés du dimanche ne doivent reprendre la route (Audrey, Francois, Maxence, Alex B.). Les autres, ayant prévu de renter le lundi, ont doublé leur kilométrage du matin, déambulant dans les quartiers historiques en quête de monuments, de bars et de restaurants à tapas, où nous avons pu nous installer à une heure avancée de la soirée.

6 roberts

Joseph (le faux Robert), Robert (le vrai), Philippe, Fred, Patrice, Alex C

La récupération s’est poursuivie le lundi matin, de manière active pour certains aficionados de séance post-course, ou contemplative sur le front de mer (on a même vu quelques intrépides tenter une baignade dans la Méditerranée…). Nous serions volontiers restés quelques heures de plus, mais à 620 km de nos bases il fallait quand même songer au voyage de retour, du coup nous avons quitté Barcelone vers midi, et procé à l’arrêt casse-croute sur l’aire d’autoroute proche de la frontière, côté France (comme à l’aller). On prend vite des habitudes, comme des vieux…

8 verres

Serge, Philippe, Alex C, Olivier, Cédric, Fred, Patrice, Robert – Simon et Philippe goûtant la sangria

A propos de Olivier Siméon

Au club depuis 2009. (vice-président). Courses nature et sur route. Partisan actif du covoiturage.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.