Accueil / Récits de courses / Semi marathon de Barcelone – 14/02/16
Semi marathon de Barcelone – 14/02/16

Semi marathon de Barcelone – 14/02/16

Barcelona , Barcelona, Barcelona

(Version féminine)

Tout a commencé en juin de l’année dernière avec l’idée de 4 adhérents club de nous associer au semi de cette belle ville.   44 ont répondu présents à l’appel (39 dans le car, 4 dans l’avion, et un blessé non partant), certains pour courir d’autres pour accompagner, flâner, visiter, encourager le team ! Les bleus que nous sommes vont se défoncer c’est sûr, déjà dans le car j’entends des calculs de durée au kilomètre, des astuces ci et là. Premier arrêt petit déj : pour certains « ça sent le chrono » , toutes les   chances sont mises du bon côté, les antioxydants, tous les sucres lents , les pros diront désormais à index glycémique bas sont présents sur la table ………

Pour le midi les choses s’organisent selon le principe de l’auberge espagnole, mais nous sommes toujours 39 ! Les plats s’amoncellent sur une table de pique-nique qui n’arrive plus à accueillir toutes les salades, quiches, cakes, et autres.

Le président fera une remarque à ce car de sportifs, dépité que nous ayons laissé le jus de fruit au profit du mercurey et autres vins qui circulaient.  Nous avons étanché notre soif et évité la déshydratation….. Il faut dire qu’en allant vers le sud nous avons gagné quelques degrés.

Sylvie notre chauffeur s’applique à nous amener au plus près de l’auberge de jeunesse et sitôt l’installation réalisée départ pour les dossards. 5 chambres sont attribuées au Bac, les filles et les garçons sont séparés, seul un couple bénéficie de la chambre nuptiale (est-ce que cela a contribué à ce que madame fasse ce joli temps  au semi ?!).  Tout ne nous a pas été dit dans la préparation du semi, mais on peut se laisser aller à lire le bénéfice de certains excès à 2 la veille d’une course (confère l’article de runstatics = fouillez,  vous trouverez quelques bienfaits qui ne sont pas de l’ordre du travail au seuil !).

Première soirée : Soft, on connait  tous les pâtes de la veille de course, l’angoisse de certains, les préparations des poches ou ceintures des autres…les pansements par anticipation des pieds, le calcul du bon tee shirt…. On a la chance d’avoir une belle cour  intérieure, une température idéale repas dedans ou dehors, on ressort toutefois le saint nectaire, les gâteaux et le chocolat.

Dans la chambre des filles tout est bien ordonné, j’en connais qui prévoient le maquillage pour la course du lendemain, d’autres c’est le remplissage de la gourde qui les animent et enfin il y a aussi le stress de « vais-je y arriver »….

Jour J : Bonne humeur palpable, on ressort nos munitions anti-coup de pompe, glycogène force 10, lait végétal, graines, potions …………. Les tables sont à nouveau chargées. On entend beaucoup de petites douleurs chez les uns et chez les autres. C’est la peur de ne pas y arriver où  de  ne pas faire ce que l’on avait prévu qui nous guette.

Dès 7h30 on trottine en direction de l’arc de Triomphe, une petite photo du groupe au pied d’une fontaine, Delphine s’en souviendra plus que les autres !

Petit échauffement et entrée dans les sas, on est prêts, on entend toutes les langues,  on veut que l’attente cesse et on veut le départ. Tout est affaire de couleur  (de dossard) et chaque sas attend sagement son tour, décalé  pour nous les verts de 6 minutes. Ouf  8h 51 , départ officiel des verts, on peut s’y mettre et avancer sur ces belles avenues, bien larges, bien protégées, et bien il y a plus qu’à….Pаrcоurs : Pg dе Pujаdеs – Pg. dе Pіcаssо – Pg. dе Cоlоm – Av. dеl Pаrаl.lеl – C. d’Entеnçа – Grаn Vіа dе lеs Cоrts Cаtаlаnеs – C. dе Nàpоls – C. dе Cаsp – C. dе Bruc – Rоndа Sаnt Pеrе – Pg. Lluís Cоmpаnys – C. dе Buеnаvеnturа Muñоz – C. dе Trіаs Fаrgаs – Av. d’Icàrіа – C. dе lа Mаrіnа – C. dе Pаllаrs – C. d’Àlаbа – C. dе Bоlívіа – C. dе lа Cіutаt dе Grаnаdа – Av. Dіаgоnаl – C. Sеlvа dе Mаr – C. dе Llull – C. dе Jоsеp Plà – Pg. dе Tаulаt – Pg. dе Gàrcіа Fàrіа – C. dе Bаc dе Rоdа – C. dе Llull – C. dе Lоpе dе Vеgа – C. dе Rаmоn Turró – C. d’Esprоncеdа – Pg. dе Gаrcіа Fàrіа – C. dе Jоnquеrа – Av. Lіtоrаl – C. d’Arquіtеctе Sеrt – C. dе Sаlvаdоr Esprіu – Av. d’Icàrіа – Pg. dе Cіrcumvаl-lаcіó – Pg. dе Pіcаssо – Pg. dе Pujаdеs – FINISH: Arc dе Trіоmf.

Lecture de chrono de temps en temps, il ne faut pas aller trop vite ni se reposer, on a retenu ; c’est parfois difficile on se fait emporter par la masse. Des ravitos sans chocolat, sans fruits secs…………de l’eau et du powerade (perso je n’ai pas vu).

On avance, il y a l’avenue avec les palmiers qui se dessine (on les voit en entier et pas seulement avec Linda devant !), signe que nous sommes vers la fin du parcours, après un virage au fond très loin l’arc de triomphe.IMG_0086 L’euphorie est là mais nous ne sommes pas encore près du but (on peut penser à nos entrainements et à  la superbe ligne droite de l’aéroport d’Aulnat où il fallait au seuil arriver jusqu’au pont de Lempdes sans fléchir), il y a foule derrière les barrières, le chrono est enfin visible mais je me dis qu’avant de passer sous l’arche il doit me rester au moins 3 minutes de course donc accélération mesurée pour y arriver.

Les premiers sont déjà là et leurs temps plus qu’honorables démontrent que la préparation a fait ses effets, les rapides ont battu leurs records (quelques spécimens du club affichent des temps en dessous de 1h30 et ils sont frais !). Les moins rapides ont aussi battu leurs records  personnels et chacun est satisfait à sa manière : soit d’avoir dépassé sa limite individuelle,  soit de l’avoir fait simplement.

On a tous notre petite raison qui nous a fait avancer et on y est tous arrivé !  Et bien sûr une pensée pour les néophytes du semi qui n’osaient pas dire j’ai peur, qui espéraient ne pas décevoir, ne pas se décevoir, et bien bravo à vous car on ne pense pas assez à ceux qui triment pour finir et qui n’osent pas se plaindre. Votre temps vous appartient, il  est honorable vous n’avez rien lâché ! On retourne satisfaits vers notre hébergement  = ce n’est pas un peu cela les endorphines ?

On oublie les chronos, on regarde les bobos, et on pense à tout ce que Barcelone nous offre. A peine restaurés des groupes se forment pour La villa Batllo, la casa mila, la sagrada familia, «  la bar con tapas », la playa……… Certaines déclarent forfait devant leur envie de danser : cause pieds défectueux en attente de restauration/rénovation.

On se perd, on se retrouve au restaurant pour de bons moments la pression est bien retombée, on est dans la bonne humeur. Notre week end aura été sportif et festif.

Merci à vous tous l’équipe d’organisateurs, les coachs (Pascal bien sûr sans oublier les entrainements antérieurs avec Bernard, Jean Claude (X2), Christian, Jean Luc), et les participants eux-mêmes qui ont été dans la bonne humeur et la positive attitude tout au long de ce WE.

Patricia Damiens

UNA MAÑANA EN BARCELONA

(Version masculine)

 Samedi 13 Février 2016, le BAC prend le car pour Barcelone (BCN). Au rendez-vous, un semi-marathon dans les rues de la capitale catalane.

Après trois mois de préparation intensive avec Pascal, le grand jour arrive enfin. Départ du car à 5 heures du matin, rendez-vous sur le parking de Nenot dans la fraicheur matinale,tout le monde est là ? Eh  non, nous apprenons le forfait de dernière minute de Joseph. Nous avons tous une pensée pour lui au moment de partir. Soigne toi bien, ce n’est que partie remise Jo.

Durant le trajet, les esprits s’échauffent. Ça parle de VMA, objectif de temps, stratégie de course, sas de départ etc.

A midi, la pause casse-croute, Notre président rationne dur, 2 bouteilles de vin pour 39 personnes ! Auberge espagnole pour être dans le bain je suppose.

Nous arrivons enfin à BCN, affuté comme des lames de rasoirs, prêt à en découdre avec cette course. Première étape, récupérer les dossards. Notre groupe part donc à la découverte de l’organisation espagnole. Notre périple nous amène … Dans une bibliothèque municipale. Et là, c’est le choc ! Les maillots de la course sont bleus. Le cauchemar du photographe commence ! 38 coureurs à identifier sur 16.000 bleus …

Dossards en main, nous partons chacun de notre côté. Le prochain rendez-vous sera le repas du soir, une pasta party à l’auberge de jeunesse. La salle à manger doit faire 25 couverts, et nous sommes 39. Même en nous serrant bien certains iront manger sur la terrasse sans table et sans chaise mais dans la bonne humeur, il fait bon dehors, sans  lumière on s’en sort à peu près et on  arrive très bien à éplucher son orange (très appréciées à l’extérieur par l’un d’entre nous).

Personne ne s’éternise, demain, c’est la Saint Valentin … Et il y a un semi à courir.

Dans la chambre des garçons, l’ambiance est studieuse. Chacun prépare ses affaires, maillot (manches courtes ou longues ?), on fixe les dossards (sur le ventre, pas le dos !) chaussures, chaussettes, short. Une photo souvenir de la chambreIMG_0092 on crème les pieds et extinction des feux. Ayant l’interdiction de nous rendre dans les chambres des filles, leur préparation restera un secret pour nous.

Dimanche 14 Février 2016. Bonne fête les amoureux.

Lever à 7 heures, on se retrouve tous dans la salle à manger pour le petit déjeuner

IMG_0095 IMG_0096

puis regroupement avant de partir vers la ligne de départ.

IMG_0104 IMG_0103 IMG_0094

Il a plu cette nuit, mais il fait déjà bon dehors (pas chaud, juste bon). Les premières foulées sont souples, gracieuses (Nat et Linda) réfléchies pour d’autres.

L’encadrement du groupe est parfait, nous ne nous perdons pas dans le dédale des rues. Quelques photos de groupe filles et garçons et mixte sur le trajet, et nous voilà au départ. Ne participant pas à la course, je ne peux pas vous raconter l’ambiance dans les sas avant le départ, d’ailleurs, personne n’en parle après !

En fait, ici, les sas permettent d’étaler les départs toutes les 1 minutes 30 Et là, surprise, Notre Dédé s’est trompé de sas, il part avec l’élite … LOL

Dédé le Kenyan

Dédé le Kenyan

L’image fera le tour du club.

Mon cauchemar s’avère exact. Malgré une attention des tous les moments, malgré des photos en rafales, rien de bon ne sortira de l’appareil, si ce n’est des gens flous (Pardon Pascal), sans tête (pardon Patricia), et même pas du BAC (mais en bleu) !

A l’arrivée, c’est explosif. Tous sautent partout, « Ouais t’as vu mon temps ! » Les scores sont là, sans appel, c’est un triomphe pour chacun. Les sourires ont vite fait place aux grimaces de fin de course. Même les bobos aux pieds ne semblent pas douloureux. C’est plus tard qu’ils se réveilleront vraiment. Heureusement nous avions des infirmières compétentes.

Le retour à l’auberge est rempli d’allégresse, les discussions vont bon train, tout le monde refait la course, c’est si bon !

Douche, changement de tenue puis apéro (bien français celui-là). On se retrouve sur la terrasse extérieure, dans la joie et la bonne humeur. Les langues se délient, c’est l’apothéose.

Après le repas, quartier libre dans BCN. Les Valentins avec leur Valentine, musées, lèche vitrine, plage … Chacun vaque à ses occupations. Repas du soir dans un restaurant sur les ramblas. Puis retour pour un repos bien mérité.

Lundi 15 Février 2016

Je profite que mes camarades se reposent pour faire ma « sortie longue de la semaine », mon premier 16 km sans douleur. L’air de BCN a réellement des vertus bienfaitrices pour l’organisme. Jo tu aurais dû venir…

Mais déjà la journée s’avance, et il va falloir rentrer à Beaumont. Même durant le trajet du retour, nous n’aurons que des éloges pour notre chauffeur de car Sylvie qui traversera une tempête de vent, la neige et le brouillard pour ramener l’équipe victorieuse « à la maison ».

Merci à l’organisation Delphine, Béa, Philippe et Dédé.

Merci au coach Pascal et Jean Claude

Merci aux BACeuses et BACeurs

Viva Espana, Vive le BAC.

 Lionel Damiens

Résultats semi-marathon de Barcelone

Tout plein de photos

A propos de BAC

6 commentaires

  1. une belle tranche de vie !! et pour moi la plus belle récompense restera la joie de chacun d’avoir repoussé ses limites . Merci Patricia et Damien pour ces 2 articles.

  2. Superbe déplacement !! Inoubliable
    Merci à tous pour ce moment exceptionnel passe ensemble.
    Je me joins aussi à pascal pour féliciter Patrocia at Damiens pour ce reportage
    Qui résume très bien notre périple.

  3. Merci pour ce reportage photo!!!
    Je n’avais même pas réalisé que nous avions arpenté tant de rues et avenues !!!
    Comme le dit Patricia, nous avons tous un « petit truc » qui nous pousse à nous dépasser pour finir la course.
    Pour ma part, votre accueil, votre bonne humour et votre gentillesse m’ont permis d’être plus forte que ce « petit truc ». Alors encore un grand merci à l’équipe.
    Prête pour re-signer, d’autant plus qu’il me semble que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre des copines….notamment dans les « préparatifs non conventionnels et peu catholiques » d’avant course!!! ….;) 😉

  4. Claire CHEYNOUX-MARLIAC

    Photo-reportage et analyses excellents! Les BACeurs, grâce à leur diversité et complémentarité, maitrisent tous les aspects : organisationnels en amont grâce aux entraineurs et GO, de gestion de course par chacun et en aval grâce à ce reportage fort sympatique.
    Félicitations renouvelées
    Claire

  5. Merci a vous tous avec vos différences qui font nos richesses et notre complémentarité!
    Vive le Bac!
    Nat

  6. et merci à Lionel pour ces beaux clichés !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*